Un arbre à taille humaine

// Alors que les jours rallongent et que la météo s’améliore, le jardinier, lui, en a marre d’être en hibernation. Ses outils sont affutés. Il n’attend plus que le feu vert de dame nature pour passer à l’action. Mais avant de regarder les fleurs s’épanouir et les légumes mûrir, il va falloir envisager un sérieux ménage de printemps ! Pour que les plantes se développent harmonieusement, il faut en effet les tailler régulièrement. Et ce n’est pas le fruit du hasard. Certaines règles sont à respecter.

Tous les jardiniers vous le diront, la taille des arbustes est nécessaire ! Elle a un rôle essentiel dans le développement, la floraison ou la fructification des arbres ainsi que pour la protection contre les maladies. Chaque saison a son importance et pour la taille, il faut suivre à la lettre les conseils des professionnels. On ne rabat pas un hibiscus, un magnolia et les arbres à feuillage caduc à la même époque. Les arbustes à floraison printanière ne se taillent pas à la fin de l’hiver mais après la floraison et donc souvent au début de l’été. Dès l’arrivée du printemps, on aura plutôt tendance à s’occuper des rosiers remontants et des arbres à tiges décoratives qui ornent nos jardins l’hiver. En revanche, l’été est propice à la taille des forsythias alors que les rosiers grimpants patienteront jusqu’en automne pour une petite coupe avant l’hiver. Avant d’investir dans un sécateur, n’hésitez pas à demander des conseils et surtout soyez patients, la terre ne s’est pas faite en un jour !

La taille des rosiers

Il y a deux types de taille. Une pour les rosiers-tiges, les buissonnants et les rosiers à massif et la seconde pour les grimpants.
Commençons par les rosiers grimpants. Nous devrons nous consacrer aux remontants (ceux qui fleurissent toute l’année) à la fin de l’hiver. Attention toutefois à ne pas les tailler trop tôt car un «coup de gel» serait fatal à leur floraison. Pour stimuler les jeunes pousses à la souche, il faut supprimer une partie des branches âgées de 3 ans ou plus.
Pour les rosiers non remontants, la taille s’effectue vers la fin du mois de juillet, juste après la floraison. Les bois les plus anciens seront coupés pour faire de la place aux jeunes pousses. Les autres branches seront taillées en fonction de leur vigueur : les plus vigoureuses seront peu racourcies, les plus chétives le seront davantage.
Les rosiers buissons. C’est en mars-avril qu’ils doivent être taillés. Le but est de leur redonner de la vigueur pour favoriser une floraison abondante. Un rosier non taillé va produire de nombreuses petites fleurs et va vieillir très rapidement. Dans un premier temps, ôtez toutes les branches mortes et les rameaux gelés. Taillez ensuite les branches restantes en biseau, 1 cm au-dessus d’un bourgeon dirigé vers l’extérieur du rosier. N’oubliez pas pendant l’été d’enlever les fleurs fanées pour favoriser la remontée des fleurs.

La taille des buis

Contrairement aux idées reçues, il est très facile de tailler un buis. A l’exception des haies qui ne nécéssitent qu’une taille, le buis doit être rabattu 2 fois par an. Les jardiniers parlent de la taille les mois en «A» car c’est fin avril et fin août qu’il devra être taillé. Si vous voulez qu’il ressemble à un faon ou plus simplement, lui donner une forme arrondie, il faut s’y prendre dès la première année. Une initiative réservée toutefois aux artistes en herbe….

 

La taille des lavandes

Plusieurs tailles peuvent être envisagées en fonction de l’âge de la plante. Sur les jeunes pieds, il suffit de couper les tiges fanées le plus près possible de leur base puis de rabattre les branches de la moitié de leur longueur pour favoriser les jeunes pousses. Sur les plantes plus anciennes, après la coupe des fleurs fanées, les branches doivent toutes être taillées de 10 cm en respectant une certaine symétrie. Petite précision, si vous voulez conserver les fleurs de lavande, cueillez-les avant qu’elles ne soient complètement sèches. Vous pourez alors les mettre dans un joli sachet de gaze pour parfumer vos armoires.