Se faire plaquer !

Longtemps délaissé, bafoué, le contreplaqué fait un retour en force. Sur les murs, en plancher et même en décoration, il est le matériau préféré des architectes avec son autre compagnon de coffrage, l’OSB (Oriented Strand Board ou panneaux à copeaux orientés). Pour gommer son côté has been, il s’est même inventé une nouvelle identité.
Ne dites plus contreplaqué mais Plywood !

Résistant, peu coûteux et surtout hyper tendance, le contreplaqué est un peu le couteau suisse des matériaux. Il s’utilise à toutes les sauces ou presque. Même le bricoleur du dimanche peut en tirer quelque chose. C’est dire ! Dans un premier temps, il nous a séduits pour son petit côté suédois. Rappelons que nous sommes toujours sous influence scandinave en matière de décoration et que dans les années 50 (style gustavien par excellence), le contreplaqué était roi ! Ce bois clair, bourré de charme avec son veinage particulier et son aspect pâlichon, n’a pas son pareil pour apporter du rythme à une pièce en manque de personnalité. Il a surtout un énorme avantage : il gomme les moindres défauts à faible coût.

Le contreplaqué quèsaco ?
Le contreplaqué est un panneau constitué de plusieurs couches minces de bois collées entre elles. Il s’agit donc d’un matériau fabriqué. C’est un composite associant à la fois feuilles de résine et fibres de bois. Il en existe de plusieurs sortes : vernis, marin, filmé, antidérapant, teint, imperméable… Contrairement au bois massif, le contreplaqué a une résistance constante et une stabilité dimensionnelle. Par ailleurs, il ne vieillit pas, ne se patine pas. Bref, c’est ce que l’on appelle un matériau figé. Attention, même les tâches sont figées dans le temps à tout jamais car le contreplaqué est un bois qui ne se ponce pas ou très peu. Pour une version 100 % écologique, vérifiez bien la provenance des essences de bois utilisées et surtout des colles qui ont servi à la fabrication des panneaux. Certaines contiennent des COV (composants organiques volatils).

Il se travaille facilement
Travailler le contreplaqué est à portée de tout le monde ! L’idée est justement de ne pas faire grand chose à part quelques coupes avant d’assembler les panneaux avec des vis, des clous ou des équerres. S’il revient en force dans nos intérieurs, c’est au naturel qu’on le préfère, dans sa version brute. Le contreplaqué de pin maritime, dont les veinages s’apparentent à des vagues, servira à la réalisation de meubles et aménagements sur mesure (dressing, cuisine, bibliothèque…). Les panneaux réalisés à partir de bouleau, plus clair et moins marqué en motifs que le pin, sera intéressant
pour couvrir de plus grandes surfaces. Des accessoires, comme des lampes, sont également réalisés à partir de plaques de contreplaqué. Utilisé en total look ou par petites touches, il permet en tout cas de personnaliser à moindre coût sa décoration.