SDF ET FIER DE L’ÊTRE !

Entre crise économique et crise du logement, le mobilier a dû s’adapter, en même temps que nous. Tables, chaises, bureaux ont évolué au cours de ces dernières années. Comme nous, ils ont davantage la bougeotte, comme nous, ils doivent trouver leur place dans des appartements plus petits où chaque mètre carré compte. Résultat, l’armoire normande qui pèse une tonne n’a plus vraiment la cote. Place en revanche, aux meubles légers et inventifs, capables de se plier à toutes nos exigences en un clin d’oeil. À ce rythme-là, on va finir comme les escargots, avec notre maison sur le dos !

Nomad’s land

C’est une tendance récente, qui prend toutefois de plus en plus d’ampleur. Suffisamment en tout cas pour être prise en considération par les designers. Le mobilier compact, pliable et nomade, a été imaginé dans un premier temps pour les jeunes urbains qui s’installent dans de petits appartements. Des décorateurs, souvent très jeunes eux aussi, en ont même fait leur spécialité. C’est le cas notamment de ZinéZoé. Cette marque 100 % française, spécialisée dans le mobilier pour enfants, a réalisé l’an dernier la collection Circus. Bureau, table basse, tabouret, conviennent aux grands comme au petits et peuvent surtout s’emboîter pour prendre le moins de place possible. Le géant suédois, connu pour son mobilier en kit au nom imprononçable, fait appel à de jeunes créateurs depuis plusieurs années déjà pour réaliser tous les ans une collection «nomade». On va jusqu’à trouver dans la catalogue PS2017, un canapé pliable que l’on peut accrocher au mur, un coussin qui se transforme en couette, un autre qui devient un matelas et des tables qui s’empilent à l’infini… Seul mot d’ordre : nous simplifier la vie avec un mobilier léger et accessible, mais avec du style. Le message publicitaire de l’enseigne est d’ailleurs facile à comprendre. Il parle de pied de nez aux conventions, de libre penseur, de liberté. Bref, tout ce qui caractérise la philosophie du nomadisme.

Le nomadisme quésako ?

Le nomadisme n’a plus vraiment la même signification qu’il y a quelques années. Auparavant, c’était considéré comme «un mode de vie fondé sur le déplacement et par conséquent un mode de peuplement». Pour nos sociétés modernes, le nomadisme se réfère plutôt aux modes de vie rendus possibles par le développement des possibilités de communication et en particulier par les appareils mobiles (tablettes, téléphones portables, smartphones). Le terme correspond aussi à un nouveau mode de vie. Nous passons plus de temps dans les transports, d’où la nécessité d’emporter avec nous nos objets essentiels (des objets de travail mais aussi des effets personnels) et de vivre nos vies professionnelle et personnelle sur différents «territoires».