On s’amuse dans le jardin

Le jardin à papa… c’est fini ou presque. Les générations X (35 à 45 ans) et Y (25 à 35 ans) bousculent la tradition. Donner du sens à ce que l’on cultive avec une ouverture sur le monde et façonner un espace jardin : la tendance s’amplifie pour la nouvelle vague des agriculteurs urbains.

Les générations nées après 1968 recherchent des expériences professionnelles et personnelles où le maître mot peut se résumer en une quête de soi-même. C’est-à-dire s’épanouir au travers d’un cheminement. Quand l’objectif, voire la performance, n’est plus le seul… objectif. Le jardinage n’échappe pas à ce qui, plus qu’une tendance, s’apparente déjà comme à un mouvement de fond et durable. Avec le jardin divertissement, on parle désormais d’espace jardin. Soit l’endroit où on jardine utile, en pot, à la verticale, en façade, au sol. On y conçoit son potager, on bichonne ses fines herbes et petits fruits. Le but devient de partager ses récoltes et ses découvertes dans une ambiance festive. L’espace jardin se veut une porte ouverte sur la planète. La génération Y privilégie les légumes du monde et y adjoint des éléments de décor de tous pays et de toutes cultures (sculptures, coussins, chaises…).

Préserver l’eau

Autres caractéristiques de cette nouvelle forme de jardin : la pratique de la culture biologique et une solidarité terrienne poussée avec un jardinage partagé avec les enfants, des conserves faites en famille, des récoltes mises en commun avec ses amis. La différence est radicale avec la conception du jardin telle que la voyaient nos parents et nos grands-parents : ce n’est plus seulement l’endroit où l’on travaille de longues heures pour en profiter finalement peu. Le temps de labeur est désormais réduit. Privilège est donné aux heures de farniente. On profite de son espace jardin autour d’un cocktail, d’un barbecue, la nuit. Les animaux de compagnie y sont les bienvenus. Et d’autres propensions apparaissent pour les agriculteurs urbains et les jardiniers de ce début de XXIe siècle : la connexion verte, la techno-nature – le jardin doit être multi-sensoriel, relaxant, festif, imaginatif -. Avec un fil rouge : vivre en santé dans un environnement sain. Cela passe par la production de nourriture, sans pesticides et OGM, bonne pour le corps. Circuits courts et bienfaits par les plantes sont recherchés. Enfin, la préservation de la ressource eau est une priorité. Dans la réduction de son utilisation, on rétrécie notamment la surface du gazon. Une vraie révolution verte.