Mobilité et habitat : faciliter la vie

Les logements traditionnels sont rarement adaptés aux personnes à mobilité réduite. Escaliers, passages trop étroits, rangements en hauteur… Des solutions existent… souvent de bon sens.

…Élargir les passages et les portes

La toute première étape consistera à faire le tour des travaux essentiels, auxquels on ne pense pas forcément en premier lieu. On prévoira un minimum de 90 cm de largeur de passage pour pouvoir bien circuler en fauteuil roulant. Il en sera de même avec les portes. Elles seront à élargir, voire à enlever.

Les escaliers pratiques

La problématique résultera à pouvoir les monter et les descendre sans complications. On pourra installer un monte-escaliers, des chaises élévatrices ou bien un ascenseur. Serrures, interrupteurs, prises, poignées de fenêtres, de portes et de rangements seront à portée de main. La pose d’instructeurs automatiques ou de lampes à détecteur de mouvement seront des facilitateurs. Tapis, sols glissants seront à proscrire pour pallier tout risque de chutes.

Des pièces à bien vivre

La cuisine : le plan de travail sera à hauteur réglable et les éviers larges et peu profonds. L’espace sous les éviers sera libre pour les jambes. On prendra soin d’isoler les tuyaux pour éviter les brûlures et on optera pour des meubles de rangement réglables en hauteur avec des portes coulissantes ou pliantes. Le four sera installé à 75 cm du sol et le lave-vaisselle et le réfrigérateur devront être surélevés. Concernant les plaques, il est conseillé d’utiliser une plaque à induction, plus facile à manier grâce à son panneau de commande tactile. Enfin, si on souhaite installer une hotte, un modèle avec une télécommande sera adapté. La salle de bains : on privilégiera une douche à l’italienne avec chaise intégrée ou une baignoire avec ouverture comprenant un siège de bain. Disposer au sol un tapis antidérapant ou de bandes adhésives antidérapantes. Pour une sécurité optimale, installer des barres d’appui. Le lavabo devra être à la bonne hauteur et les rangements en dessous devront être dégagés pour faciliter l’accès. Au niveau des sanitaires, il faudra mettre une barre d’appui, adapter la hauteur de la cuvette et garantir un espace suffisamment grand pour les manœuvres.

Faire la bonne démarche

Les conseils d’un ergothérapeute peuvent s’avérer des plus utiles. Ce professionnel paramédical spécialisé dans le handicap répondra à beaucoup de questions et saura trouver les solutions à mettre en oeuvre. Si la personne est propriétaire du logement, elle est libre de faire ce qu’elle souhaite à l’intérieur. À l’extérieur, il se peut qu’il y ait des contraintes à respecter. Dans ce cas, il faut se renseigner auprès de la mairie. Si elle est locataire, il lui faut l’autorisation du propriétaire. Enfin, parce qu’une installation peut s’avérer coûteuse, plusieurs organismes peuvent attribuer des aides financières : l’Agence nationale de l’habitat, la Maison départementale des personnes handicapées mais aussi certaines caisses de retraite. laurent.siatka

Différence entre accessibilité et adaptabilité

Il est important de différencier l’adaptabilité d’un logement pour personnes handicapées et son accessibilité. L’adaptabilité d’un habitat concerne tous les aménagements nécessaires pour adapter le logement. Lorsqu’on évoque l’accessibilité d’un logement, il est obligatoire de respecter les nouvelles obligations du code de la construction et de l’habitation.