Mandala day

Le doodling s’invite cette saison dans toutes les pièces de la maison. Ce mot anglophone n’a rien de savant et surtout il est hyper tendance. Le doodling est tout simplement le griffonnage ou gribouillage.
Les designers en ont fait le motif phare de cet hiver. Alors sortez vos crayons et faites confiance à votre imagination.

Des crayons qui courbent l’échine pour arrondir les angles ou encore des traits plus graphiques les uns que les autres. Nous avons tous déjà «doodlé» lors d’une conversation téléphonique sans fin ou une réunion longue comme un jour sans pain. Le griffonnage, ou doodling pour nos amis anglais, aurait, comme le mandala, des vertus relaxantes. Il favoriserait la concentration et la méditation. On retrouve dans les doodles des combinaisons
plus ou moins abstraites de mots, de symboles, de chiffres mais aussi des formes géométriques, végétales ou animales… Le doodling a désormais ses adeptes à la limite de la dépendance. Certains en remplissent des carnets entiers ! Alors, simple jeu ou névrose obsessionnelle ? Même le mot «doodle» hésite. Il serait un mix de «do + idle», littéralement «faire + tourner au ralenti». De quoi frôler la confusion mentale.

Des dessins devenus des motifs de décoration
En pleine zen attitude, ces gribouillages d’adultes n’ont pas tardé à trouver de nouveaux supports. Son graphisme élaboré, quasi hypnotique, inspire la décoration qui ne cesse de réinterpréter le mandala depuis les années soixante-dix. Courbes et tirets sont déclinés par plusieurs marques déco dans une version épurée aux couleurs neutres, appelant à la zénitude. Habitat a été le premier a surfé sur la vague «doodle» cet été. Sarah Lavoine
a également imaginé une collection pour Bernardaud. Les designers se sont aussi beaucoup amusés en créant des papiers peints plus psychédéliques les uns que les autres. Une micro tendance dans la lignée de la déco bobo, à suivre de près.

Mandala ou doodle ?
Les mandalas adoptent plutôt un modèle circulaire et sont remplis de formes plus ou moins complexes. Ils suivent un schéma plutôt précis et
répétitif. Les modèles les plus connus ? Les napperons en crochet de nos grand-mamies ! Le doodling en revanche n’a pas de modèle précis. Les
formes sont tout droit sorties de notre imagination. Les formes sont variées et peuvent représenter ce que l’on veut.

Les Doodles de Google
Doodle, google… les deux mots sont très proches l’un de l’autre. Pour la petite anecdote, le géant d’Internet a repris le terme d’origine anglaise
pour créer l’évènement. Le premier Google «doodle» a été créé en 1998. Il s’agit d’une modification temporaire du logo présenté sur la page d’accueil du moteur de recherche. Ils sont créés pour célébrer des anniversaires particuliers, des commémorations… Près de mille logos ont
été réalisés.