LES PLANTES FONT LEUR «CHAUD»

Elles sont comme nous : les plantes aiment la chaleur mais elles ne doivent pas en abuser. Or, en plein été, elles accumulent les coups durs : le soleil, la canicule et en prime, nos vacances ! Bref, cette période est souvent synonyme de cauchemar pour elles. Heureusement, il existe quelques astuces afin que les belles plantes aient toujours fière allure à notre retour.

Chaque été, c’est le même problème. Que faire de nos plantes vertes et de nos jardinières pendant nos vacances ? Vous allez me répondre : il suffit de laisser ses clés à un voisin ou à un ami. Le seul hic, c’est que les voisins partent en même temps que nous et que nos amis partent… avec nous ! Alors que faire ? Il ne reste que deux solutions : brûler un cierge et en appeler à Saint Fiacre, patron des Jardiniers comme chacun sait, ou bien se plonger dans «Le Truffaut», sorte de bible illustrée pour apprentis gardener (version british, c’est plus chic!). Personnellement, je préfère aller demander à Jean-Michel, mon pépiniériste adoré même si parfois, j’ai du mal à prendre des notes et à tout retenir…

À l’intérieur

En partant, comme tout le monde, la première chose que nous faisons, c’est de fermer les volets. Première erreur, les plantes détestent ! Non pas parce qu’elles sont claustrophobes mais parce qu’elles ont besoin de lumière. Plus d’une semaine dans l’obscurité la plus complète et c’est la mort assurée… L’été est en effet une période de repos pour nous mais pas pour elles. Elles sont en pleine croissance. Alors, si vous avez une lucarne, un puits de lumière ou même une toute petite fenêtre dans votre appartement (dans la salle de bain ou les toilettes par exemple), regroupez tous vos pots en dessous. Attention en revanche à la véranda, c’est une fausse amie ! Certes elle apportera de la lumière à nos petites protégées mais aussi de la chaleur et c’est un peu comme pour nous, elles risquent d’être complètement grillées et desséchées !

De l’eau encore de l’eau toujours de l’eau…

Les végétaux sont constitués de 80 à 95 % d’eau. Si vous aviez été attentif pendant les cours de SVT (Science et vie de la terre), vous sauriez que pendant l’été, leur besoin en humidité est permanent car sous l’effet de la chaleur, leur température est régulée par un phénomène d’évapotranspiration… Je vous épargne les détails mais en résumé, il faut les arroser plus souvent que d’habitude. Alors surtout, évitez la baignoire remplie d’eau. Les plantes ne supportent pas d’avoir les pieds ou plutôt les racines dans l’eau en permanence. Optez pour les bacs à réserve d’eau (pas pour toutes les espèces et pas deux jours avant de partir), ou encore pour un bon système D : une simple bouteille d’eau minérale renversée. Il suffit de percer le bouchon d’un petit trou et de la placer au contact de la terre. L’eau alimentera ainsi petit à petit et régulièrement les plantes pendant notre absence. Il existe également dans le commerce des systèmes de goutte à goutte plus élaborés avec programmateur intégré mais là, il faut prévoir un budget supplémentaire.

De l’air, de l’air !

La meilleure solution si vous possédez un jardin, c’est encore de sortir les pots. Vous réglerez ainsi le problème de la lumière mais aussi de l’arrosage car l’humidité de l’air suffit généralement à garder la terre humide. Mais une fois encore, évitez le plein soleil… Enfin, si vous avez des massifs à l’extérieur, vous connaissez l’expression : un bon binage vaut deux arrosages. Alors avant de partir, un dernier effort. Donnez un petit coup de binette pour casser la croûte qui se forme à la surface de la terre. Jean-Mimi nous recommande même, après un copieux arrosage, de pailler les surfaces des massifs (tous sauf les rosiers) mais aussi du potager avec de la paille de lin, du chanvre ou encore les tontes de gazon séchées. Après avoir fait tout cela, il nous reste plus qu’à penser à nous la couler douce, les doigts de pieds en éventail, pour un repos bien mérité !