Le retour de la cuisinière à bois

Avec le renouveau du bois énergie, la recherche d’un mode de consommation naturel et une tendance au vintage, la cuisinière à bois revient à la mode. Elle présente des atouts indéniables et quelques inconvénients. Tour d’horizon.

Pendant très longtemps, l’élément le plus important de la cuisine a été la cuisinière à bois, en ruralité et dans les maisons de ville. Elle servait à mijoter, cuire, chauffer au feu de bois, s’imposant comme un art de vivre. Globalement, elle a joué un rôle important dans le confort domestique, avant d’être délaissée. En 2016, la cuisinière à bois s’est réinstallée dans les maisons contemporaines. Plus moderne, elle s’est muée en appareil de chauffage et de cuisson plaisir. Et parfois même en meuble de décoration de la cuisine.

D’abord un foyer de chauffage

Une cuisinière à bois est en premier lieu un matériel de chauffe. On peut la rapprocher dans ses caractéristiques d’un poêle à bois quant à l’identique énergie de chauffage. Elle en diffère par son emplacement : dans la cuisine. Dans la pléthore de cuisinières à bois existant sur le marché, la plus utilisée marie un four et une plaque de cuisson à un élément de chauffe. Les modèles récents donnent un rendement satisfaisant (de 70 % à 80 %), ainsi qu’un équipement de cuisine moderne. Dans une maison bien isolée, on trouvera là un parfait chauffage d’appoint. La cuisinière à bois se révélera limitée en puissance (4 ou 5 Kw/h). Pour une raison évidente : une cuisine n’est pas l’endroit où l’on a le plus besoin de ce chauffage. On évitera de la surchauffer.

Four et bouilleur

L’option cuisine est sans doute l’avantage essentiel de la cuisinière à bois. Pas besoin de gaz ou d’électricité (on pourra travailler en cas de coupure de courant), même si la cuisson au bois sur une plaque en fonte n’est pas comparable à celle sur une plaque au gaz, une vitrocéramique ou une électrique. Principal défaut identifié : la position de la cuisinière à bois requerra installer ce type d’appareil. Beaucoup de modèles sont proposés avec une option bouilleur. Il s’agit d’un système permettant à un chauffage au bois hors chaudières de chauffer de l’eau pour le chauffage central d’une maison. Il sera raccordé à un ballon qui stockera l’eau chaude de chauffage et l’eau chaude sanitaire. Un bouilleur est souvent d’un apport complémentaire (sauf dans le cas de maisons bien isolées).

La qualité écologique

Le système bouilleur, pratique, économique et écologique, pourra aller de pair avec une thermiques et trouvera tout son sens dans la mouvance des énergies renouvelables. Plus globalement, en matière de cuisinière à bois, la solution bois bûche associée au solaire se montrera efficace. Pour une maison basse consommation, cette solution d’appoint de chauffage et de chauffage de l’eau chaude peut fonctionner seul. Pour une maison avec une bonne isolation, donc aux besoins moindres en chauffage, le bouilleur peut être laissé en autonomie. La cuisinière chauffera par la même occasion la pièce à vivre et on pourra même faire de la cuisine dessus. La bi-fonctionnalité sera des plus intéressantes.