La maison retourne en enfance

La maison retourne en enfanceSigne des temps. Dans un monde dicté par les progrès technologiques et la vitesse de la communication, marqué par des repères et valeurs sociétaux moins évidents qu’avant, le retour en arrière permet de prendre du recul, de se faire plaisir en pensant à ses années d’insouciante jeunesse. Casimir, Goldorak, Superman, les héros de l’enfance vous manquent ? On les retrouve à présent dans la déco intérieure. Réservé aux adultes.

Les héros de l’enfance à la maison

Le marché de la déco régressive est un phénomène récent. C’est en 2010 que les briques LEGO transformées en boîtes de rangement sont apparues en France dans les petites boutiques indépendantes. Une clientèle plutôt féminine, chic et urbaine se les arrache. Le distributeur touche le pactole : près de deux millions d’euros de chiffre d’affaires. Qui sont ces adultes séduits par cette mode ? Ils ont plus de trente ans, nés dans les années 70 et ont vécu l’essor de la télévision, du cinéma puis d’internet. Leur jeunesse a été bercée par les dessins animés devant le petit écran, genre Visiteurs du mercredi ou Récré A2. Des personnages ronds comme Caliméro ou Casimir sont pour eux des symboles. Pour retrouver leur quiétude, ils plongent dans cet univers, en se ruant sur les jouets : personnages de Disney, E.T., Albator, Candy… Comment agencer ces figurines dans un intérieur moderne ? On peut les placer dans une vitrine, dans le salon ci et là, jouer le contraste, en plaçant une tête de Mickey sur une commode. L’essentiel est que cela reste ludique. La décoration régressive osée et pimpante se caractérise par des couleurs vives et acidulées que représentent les objets de l’enfance. Il s’agit de s’aménager un coin de la maison ou tout un intérieur à l’image d’un terrain de jeu, dominé par les tons tape-à-l’oeil et un mobilier aux formes arrondies.

Couleurs flashy, mobilier rond

Le choix des couleurs tournera autour des trois primaires en ajoutant le rose, le vert, l’orange, le violet et autres teintes flashy. Les imprimés seront dynamiques : rayures, pois, gribouillis habilleront les murs. Les objets fétiches de la déco régressive sont le pouf Barbapapa et les bibelots en forme de personnages Playmobil. Mangas et héros de Walt Disney vont aussi de pair. Une déco 100 % sourire et réconfort. Rideaux, draps, coussins prennent eux aussi le chemin de la nostalgie. On voit apparaître sur les tissus, de gros bonbons, des macarons, des gâteaux. Attention tout de même à respecter un code de couleur cohérent et d’agrémenter les motifs avec goût : pour éviter une accumulation et les débordements qui gâcheraient l’effet souhaité. La génération des adulescents voit son rêve exaucé : actionner la machine à remonter le temps et rester durablement en enfance. Tableaux Superman, tamtam Wonder Woman, réveil Star Wars, nappe Spiderman, corbeille Comic, mug Hulk, linge de maison Astérix ou Tintin, nappe Capitaine Flam, serviettes Heidi… Les industriels ont créé une gamme infinie. Autres variantes, les coussins tricotés, les boîtes en fer avec ses publicités favorites, les pots à crayon pour le bureau ou les serre-livres pour la bibliothèque. Pour ceux qui penchent pour une déco régressive discrète qui se réfère à la prè-adolescence, les couleurs seront sobres : pastel, beige, taupe, mauve, bleu ou rose pâle. Côté mobilier, on demeure dans le ludique en intégrant un rocking-chair, un bureau d’écolier, un tableau à la craie et l’indémodable ours en peluche. Bibelots enfantins, coussins, boîtes en fer, livres de contes et motifs rappelant les douceurs sucrées, tels les bonbons à la fraise seront de rigueur. C’est sûr, un alizé d’hier va souffler sur 2014.