La Geek attitude

Ne se contentant pas d’assouvir leur passion pour chaque nouvelle innovation technologique, les Geeks et les Geekettes transforment  leurs maisons en cabines intersidérales. Rencontre avec une déco high-tech qui fait fureur. pour 2014, le mouvement est annoncé en pleine expansion.

Le monde Geek

D’origine d’argot américain désignant de façon péjorative, une personne décalée et considérée comme trop intellectuelle, le terme Geek a depuis fait le tour du monde via Internet. Il est devenu un mot à connotation communautaire et planétaire rassemblant tous les accrocs d’informatique, d’électronique. Ces férus de nouveautés et autres gadgets technologiques ne sont autres que des personnes qui ont constamment la tête dans leurs PC, prenant d’assaut les cybercafés et autres espaces à la recherche d’un point d’accès Internet ou tout simplement passant pour des surdoués des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication). Ces Geeks et Geekettes sont rivés sur les réseaux sociaux, comme en veille permanente. Leurs activités tournent autour des métiers liés aux nouvelles technologies. Ils peuvent passer des heures de travail pour alimenter les blogs, poster des commentaires et télécharger les tout derniers logiciels.

La maison en connexion

Ces mordus dépensent en moyenne pas moins de 500 euros mensuels pour assouvir leur marotte, laquelle devient une réelle philosophie et raison d’existence. Ils sont urbains, branchés et font rentrer leur monde virtuel dans leur maison terrestre. iPhone, iPad, console septième génération, enceintes iPod signées Starck, téléviseur 3D, ordinateur numérique combiné à un graveur Blu-ray, tuner télé hybride, dalles lumineuses pour tous les revêtements du sol au plafond, luminaires intégrés dans les accoudoirs du canapé, abattant automatique à détection infrarouge pour les toilettes futuristes, papier peint lumineux digital, lampe de bureau trombone, table basse en forme d’iPod (iTable), ces éléments high-tech deviennent soudain de véritables objets décoratifs et design. Bienvenue dans cette quatrième dimension où tout est plus techno, plus rapide : une sorte de monde virtuel dont la matrice apporte une touche plus gaie à un intérieur. Aucune pièce n’y échappe : salon, salle à manger, chambre, cuisine, bureau, salle de bains. Les sources d’inspiration sont vastes et presque infinies : jeux vidéos, StarWars, derniers gadgets japonais, superhéros, science-fiction, robots, informatique. Les clubs Geeks sont très actifs. Les plus passionnés partagent leurs expériences, nouveautés et avis, devançant souvent les informations parues dans la presse.

La déco Geek

Si la mode geek est souvent dépeinte comme celle des grands enfants, leurs collections sont parfois jugées indésirables dans le salon. Les designers se sont penchés sur ce marché en plein boom et ont créé des objets que tout le monde s’arrache à présent. Dès la porte d’entrée au paillasson de bienvenue, on peut d’emblée afficher sa préférence pour une saga genre Star Trek. On peut aussi ranger ses clés en enfichant son porte-clés USB dans un support fixé au mur : effet assuré. Dans le salon, le Geek exposera ses figurines favorites ou ses objets fétiches : le marteau de Thor ou le fulguro-poing de Goldorak auront toute leur place dans un décor sobre. Un papier peint dédié à une série mythique sur un pan de mur attirera les regards. Dans la salle de bains, on peut se laisser aller à une déco plus ludique, des sels au savon : pour des réveils de bonne humeur. Pour cette année 2014, les étagères de salon Tetris ou les poufs italiens en cuir Pac-Man sont hyper recherchés. Le tapis sera lui aussi un excellent moyen pour revendiquer sa geekitude. Un tapis aux couleurs d’une grande marque d’informatique parlera à tous. Tout comme la table basse en forme de disque dur. Dans la cuisine, des salières et poivrières en forme de touches de clavier, dans la chambre avec des luminaires aux ambiances magiques comme une lampe champignon Mario. Dans les boutiques spécialisées, sur la toile, chaque objet du quotidien, même le plus banal, peut se muer en objet geek.