A chacune son entretien

// Comment entretenir ses fenêtres pour éviter qu’elles ne se dégradent ? Si la durabilité est liée au bon usage, il ne faut pas négliger le nettoyage. Selon les matériaux retenus, la technique est évidemment différente. Eau, produit et chiffon. Quelles sont les règles à respecter ?

Fenêtres en PVC

Aujourd’hui les plus vendues et les plus répandues, les fenêtres en PVC sont attractives compte tenu de leur prix, mais aussi de la facilité de leur entretien. Il est vrai que les châssis ont seulement besoin d’un peu d’eau et d’une peau de chamois pour conserver leur première jeunesse. Et pour éviter que les fenêtres ne jaunissent ou qu’elles ne perdent leurs couleurs originelles, les consommateurs doivent donc oublier tous les produits spécifiques ou encore ceux à base d’acétone, de javel et d’ammoniac. Il est simplement recommandé de s’armer d’une éponge mouillée pour passer un coup sur les saletés persistantes. Si certaines taches sont tenaces, rien ne vaut le traditionnel savon de Marseille pour en venir à bout ! Un chiffon doux évite toute griffure ou rayure disgracieuse.

Fenêtres en aluminium

Dotés d’une plus longue espérance de vie, les châssis en aluminium nécessitent également un entretien, qui s’avère tout aussi simple. N’attirant pas ou peu la poussière, l’aluminium demande toutefois un entretien à base d’eau, qu’il faut multiplier selon son environnement. En zone urbaine ou à proximité d’une usine, il faut donc nettoyer davantage ses fenêtres qu’en milieu rural, comme le veut le bon sens.

Fenêtres en bois

Pour les plus courageux, qui ont opté pour des fenêtres en bois, il faudra être un peu plus exigeant. Un entretien régulier permet ainsi d’augmenter la durée de vie du bois, de le protéger de l’humidité, des intempéries ou encore des champignons. Mais il est vrai que le caractère chaleureux et noble du bois demande quelques sacrifices. Imposé par les Bâtiments de France dans le cadre des secteurs sauvegardés ou tout simplement privilégiés par les puristes, le bois nécessite un travail plus conséquent. Selon l’emplacement, l’exposition au soleil ou à la pluie, il faudra donc repeindre tous les deux, voire trois ans. Peinture extérieure et teinture protectrice sont incontournables. Il ne faut surtout pas attendre que la peinture s’écaille, que le bois gonfle ou pire se fende pour agir. Il faut anticiper. Et avant de se lancer, l’équipement devra être réuni avec une bâche pour protéger son espace de peinture, des tréteaux… Poncer, laver, sécher, peindre, puis apprécier son oeuvre !
Des fenêtres bien entretenues jouent sur la vue d’ensemble du bâtiment et sur l’image même de la maison. Lors d’une vente, des châssis, bien entretenus peuvent apporter une plus-value. Dans le cas contraire, ils peuvent être un vrai handicap en cas de non-entretien régulier. En prenant un peu de temps pour s’occuper de ses fenêtres, le propriétaire fait durer son investissement, tout en préservant la valeur de son ouvrage.